Facebook 0 Twitter 0 Linkedin 0 Mail

L’exposition « Molière, la fabrique d’une gloire nationale » a ouvert ses portes à l’Espace Richaud à Versailles. Elle a lieu dans la foulée des festivités et nombreux événements largement relayés, liés au quadri-centenaire de Molière, figure majeure de la culture française.

A l’initiative de la ville de Versailles, cette exposition revient sur la vie, foisonnante, d’un artiste au destin singulier et sur son œuvre hors du commun, par-delà les époques et les générations.

On y découvre également un Molière vu d’ailleurs, qui après avoir franchi les frontières culturelles et linguistiques, finit par s’imposer sur les cinq continents. Dont, bien sûr, l’Afrique avec un statut spécifique, qui aurait enchanté l’auteur des « fourberies de Scapin », notre Joha !

Les « Moliéristes » du monde sont représentés dans cette expo-événement, avec un pavillon dédié au théâtre marocain, à travers l’expérience de la « Troupe du théâtre marocain » lors des années de la postindépendance. De même, l’hommage consacre Tayeb Saddiki, figure populaire théâtrale marocaine et arabe, adaptateur de Molière, pendant toute une longue carrière dédiée au théâtre.

Il y est représenté grâce à la mise à la disposition des archives de la Fondation Tayeb Saddiki, partenaire de cette exposition ouverte jusqu’au 17 avril 2022, où les visiteurs auront la chance d’y découvrir Molière le méditerranéen, suite à sa réappropriation par le théâtre marocain, arabe et africain. L’œuvre de Jean-Baptiste Poquelin, outre son aspect universel a indubitablement intégré la Méditerranée, dans le cadre d’un véritable échange humaniste ; de même qu’elle a conquis d’autres cultures aux référentiels différents, permettant à divers auteurs de se l’approprier, par-delà les différences et les exclusions de tous bords.

Facebook 0 Twitter 0 Linkedin 0 Mail

Leave a Comment